Prison d'Ecole.

Publié le par Sacha Dratwa

Nous sommes tous passé par ce stade "l'École" , on a tous entendu nos parents dire que cela est très important d'être un bon élève , d'écouter et de respecter nos professeurs. Quelles souffrances un enfant de 15 ans peut subir : étudier par coeur l'histoire , la géographie , le français , les maths ,..... Des matières si intéressantes qui sont  transformées d'une façon grotesque et irrésponsable par un système scolaire inadapté aux besoins des élèves. Non seulement , un enfant de 15 ans doit subir ses professeurs qui en faite sont les grands gagnants des concours de par coeur ( une vrai bande de débiles ) , mais de plus le système scolaire est une vrai prison. Comme dans beaucoup d'endroits , on n'aime pas la liberté. L'École s'amuse a contenir l'esprit critique des ses étudiants , a réduire au maximum la liberté d'expression de ses élèves.
Évidemment que les écoles n'aiment pas la liberté car elle n'engendre aucun ordre , la liberté angoisse tous ces gauchistes qui face a une liberté totale se trouvent face a eux -même , face a la réalité du monde. Des notre plus jeune âge , l'École nous prend en charge afin de nous socialiser , pour en faite nous faire renoncer a notre liberté sauvage et primitive et nous faire préférer la liberté définie par les lois écrites et ordonnées.
 

"Prison scolaire" est peut être le terme le plus adéquoi pour décrire ce qui se passe dans nos écoles.  Le fonctionnement des prisons , des casernes ne se différencient en rien de nos écoles : “des sirènes au lieu des sonneries , des pointages a la place des appels , des cellules en guise de salles de cours , des grades plutôt que des notes , le mitard ou les arrêts de rigueur pour remplacer les colles et les retenues , le licenciement équivalent au renvoie , le tribunal des prud'hommes au conseil de discipline , les contremaîtres remplacent les surveillants et les professeurs,... Chaque fois on veut un bon écolier , un bon soldat , un bon ouvrier , un bon citoyen.” (comparaison faite par Michel Onfray dans le l'antimanuel de philosophie).


Le plus triste est de voir a quel point notre société récompense les plus dociles. Les plus dociles recevront les bons postes , les grades dans la hiérarchie , la puissance sur autrui , diplôme ,.....  
De faite , les plus dociles recevront une reconnaissance sociale , un statut et les respects du monde amorphiquement " civilisé  " par la race socialiste. Une poignée seulement résiste aux appels des sirènes pour choisir une liberté totale , même s'il faut pour cela le payer d'une moins grande sécurité ou même d'une ivisibilité sociale. A nous de choisir : Sommes – nous de cette poignée?      

Publié dans Société

Commenter cet article

Clovis Simard 09/10/2012 04:13

Blog(fermaton.over-blog.com)No.7- THÉORÈME SOCCER. - L'Objet détermine ta pensée ?